Conseil territorial, femmes réformées? Des élues reçues le 1er décembre chez Marleix

Publié le par @vesnophis

Beaurieux sans Evelyne, Bellignies sans Danièle, Berelles sans Géraldine, Colleret sans Bernadette, Croix-Caluyau sans Elisabeth, Ecuélin sans Françoise, Eppe-Sauvage sans Viviane, Hon-Hergies sans Muriel, Louvroil sans Annick, Orsinval sans Elisabeth, Rainsars sans Colette, Sains-du-Nord sans Titine, Saint-Aubin sans Mauricette, Vendegies-aux-bois sans Zohra, Wargnies-le-Grand sans Catherine , Wargnies-le-Petit sans Geneviève et Wignehies sans Dominique ?

Ce serait un giga déficit de représentativité, un poison insidieux dans la démocratie locale de notre arrondissement qui remporte déjà la palme du machisme puisqu'il n'a envoyé aucune femme à l'Assemblée départemental. Une main suffit très largement à compter le nombre de femmes vivant dans l'Avesnois et qui sont conseillères régionales sortantes. Seul  le Denaisis  fait pire : 1 femme maire : Marie Claire Bailleux à Haulchin.

Cela risque de ne pas vraiment s'arranger avec le mode de scrutin retenu pour élire en 2014 les futurs conseillers territoriaux, appelés à siéger à la fois dans les départements et les régions.  En effet le projet de loi adopté en conseil des ministres le 21 octobre prévoit un
scrutin mixte à un seul tour dans lequel 80 % des conseillers seront élus au scrutin uninominal majoritaire dans le cadre de cantons, et 20 % à la proportionnelle sur des listes.

Marie-Jo Zimmermann (UMP), Michèle André (PS) et  Françoise Vilain du Conseil économique, social et environnemental, ont dénoncé ce choix, soulignant que « dans le cadre des scrutins uninominaux, non soumis à des mesures paritaires contraignantes, les femmes sont toujours sacrifiées par les partis politiques ». ces femmes de têtes et responsables ont carrément décidé d'envisager un recours devant le Conseil constitutionnel. elles rappellent que 12,3 % de femmes ont étés élues en 2008 dans les conseils généraux soumis à ce mode d’élection alors que le scrutin de liste à la proportionnelle avait permis, en 2004, l’élection de 47,6 % de conseillères régionales. « Au moment où nous sommes précisément en train de faire avancer la parité dans la gouvernance des entreprises, on recule de dix pas en arrière sur le plan politique », déplore Marie-Jo Zimmermann .

Piqué au vif, Alain Marleix, assure, au contraire, que grâce à la nouvelle loi, « le nombre de femmes élues dans les assemblées locales va être fortement augmenté». Il met en effet en avant une autre mesure du projet de loi concernant les élections municipales. Elle abaisse de 3.500 à 500 habitants le seuil d’application du scrutin de liste qui oblige à appliquer la parité. Et Alain Marleix souligne que les 20 % de conseillers territoriaux élus à la proportionnelle assurent la présence systématique des femmes dans les conseils généraux, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui dans trois d’entre eux.

Très déterminées à poursuivre leur mobilisation, les élues seront reçues à nouveau mardi 1 er décembre par Alain Marleix. 

L'humour bocager étant vachard, je finirai en rappelant que le secrétaire d'Etat aux collectivité locales vantait la professionnalisation des élus dans le nouveau dispositif de cette réforme territorial au moment se tient le 14 décembre une rencontre à la Maison de l'Europe de Paris intitulée... L'emploi féminin, moteur de la croissance européeene

Avec 
Viviane de BEAUFORT, professeure à l'ESSEC, directrice académique du programme Entreprendre au féminin,Marie-Christine OGHLY, présidente de Femmes Chefs d'Entreprise (FCE), Béatrice OUIN, membre du Comité économique et social européen, rapporteure de l'avis "Le lien entre l'égalité des sexes, la croissance économique et le taux d'emploi" et Mark SMITH, professeur à l'école de management de Grenoble, co-auteur d'ouvrages sur l'emploi des femmes et l'égalité des genres en Europe. 

Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article